Insomnie que faire ? La maladie du sommeil

Insomnie que faire ? Si vous êtes victime d’insomnie ou si vous doutez, je vous invite à lire l’article sur cette maladie du sommeil.

Définition de l’insomnie:

Éclairons un peu cette maladie du sommeil. Insomnie : « Privation involontaire de sommeil provoquée par un état pathologique ou des troubles psychologiques » ou « Phase de veille involontaire qui précède, interrompt ou suit le sommeil« , selon CNRTL. C’est donc un terme générique pour parler d’un manque de sommeil ou d’un manque de qualité du sommeil non linéaire dans le temps.

Cependant, l’insomnie est avant tout un manque ressenti chez le dormeur, une plainte. Il existe des petits dormeurs avec 5h et 6h de sommeil et qui ne s’en plaignent pas. En moyenne, les français dorment 7h04 en semaine et 8h11 en jour de repos, ce qui est 1h de moins que conseillé, alors que . Mais il faut savoir que chacun a besoin d’un rapport différent avec le sommeil.

Cela dit, 1 français sur 3 se dit être insomniaque ou souffrir de trouble du sommeil, ce qui est différent, alors qu’on estime le rapport plus proche des 1 sur 5, ce qui est encourageant, selon l’étude menée par opinionway en 2016.

De plus, il a d’autres chiffres intéressants à voir dans franceinfo.

Le profil de l’insomniaque:

Causes et types de l’insomnie:

Comme il y a plusieurs causes qui peuvent nous condamner à une nuit d’insomnie, ou des nuits, il y donc plusieurs types d’insomnies que nous allons décortiquer.

Insomnie aiguë, dite « occasionnelle » ou « d’ajustement »
  • L’insomnie aiguë est la conséquence d’un événement ou d’un facteur extérieur à votre qualité ou quantité de sommeil habituelle. C’est le type d’insomnie par excellence.
  • En effet, elle peut survenir lors d’un drame familiale, d’une angoisse, d’un trouble hormonal, du stress au travail ou au quotidien à cause d’une pression trop importante, ou encore d’une rupture dans votre routine ou habitudes de vies.
  • Elle accroît le temps d’endormissement qui peut s’étaler sur plus d’une demi heure chaque soir et peut entraîner des réveils au milieu de la nuit.
  • Si votre insomnie dure depuis plus de trois mois c’est que ce n’est probablement pas une insomnie aiguë et je vous invite à lire la suite.
Insomnie psychologique
  • L’insomnie psychologique est un facteur psychologique, différent selon moi, d’un deuil par exemple, s’oppose au sommeil. Je pense que c’est plutôt un combat psychologique et intellectuel du dormeur sur son propre sommeil, et non sur un facteur externe à la qualité du sommeil recherchée.
  • Le trouble du sommeil peut survenir lorsqu’on appréhende notre nuit de sommeil. On se demande si on va bien dormir. C’est une véritable angoisse, une tension qui empiète sur la qualité du sommeil. Parfois c’est à cause d’une activité mentale plus importante.
  • Par conséquent elle est vicieuse car elle va nous faire culpabiliser. Elle va nous faire croire que nous sommes le seul coupable.
  • Ce trouble du sommeil perdurer plusieurs mois. Demandez l’avis de votre médecin pour des tranquillisants légers, ou un autre cachet pour dormir.






Insomnie suite à la prise de drogues

  • Non, l’alcool n’est pas le meilleur des somnifères ! Non seulement il vous assure une gueule de bois ancestrale mais en plus il  vous empêche de profiter d’un sommeil récupérateur.
  • Et il n’est pas le seul. Beaucoup de drogues sont des excitant et vous empêcherons de dormir. Et sur le long terme, elles dégraderont plus ou moins (selon les drogues et la consommation/dépendance) votre santé. Mais à ce niveau là, je doute que l’insomnie soit le premier des problèmes. En revanche, l’insomnie peut aussi être la cause d’une prise de drogue. Un cachet pour dormir, tel qu’un somnifere, consommé plusieurs fois peut entraîner des insomnies.
  • Un somnifere consommé avec parcimonie aident à l’endormissement. Une consommation excessive et sur le long terme, nuise au sommeil et inverse la qualité du sommeil.
Insomnie idiopathique

  • L’insomnie idiopathique est une maladie du sommeil rare qui touche entre 0.5% et 1% de la population, jeunes et adultes. Elle apparait très souvent pendant l’enfance et l’adolescence.
  • De plus, l’insomnie idiopathique n’est pas influencée par le stress, cachet pour dormir (somnifere) ou un facteur psychologique. Il a une absence de causes. Elle a la faculté de nous faire ressentir un manque constant de sommeil. Elle est plus linéaire que les autres insomnies. C’est une insomnie chronique.
  • L’insomnie idiopathique est le cas d’insomnie le plus sérieux. Elle peut durer plusieurs mois à plusieurs années, voire même toute la vie.
  • Cette maladie du sommeil est très probablement causée par un problème métabolique lié à un déséquilibre de notre système vieille/sommeil, rendant (endormissement long, sommeil entrecoupé).
Insomnie suite à un trouble mentale
  • L’insomnie liée à un trouble mentale découle forcément d’une maladie diagnostiquée ou est un symptôme d’une pathologie mentale à venir. Voire même devenir la cause d’une dépression.
  • Cette insomnie peut résulter d’un état dépressif long, d’un état psychiatrique telle que la démence, ou d’une maladie bipolaire par exemple.
  • Les cas de somnambulisme y sont plus élevé et il n’est pas rare de se réveiller désorienté.
Insomnie suite à une mauvaise hygiène
  • Une mauvaise hygiène peut provoquer des insomnie. Nous devons respecter les horaires de coucher, notre routine du sommeil. Réduire l’activité sportive ou lié aux appareil technologique après une certaine heure.
  • Entretenir sa literie et utiliser sont lit que pour le sommeil. Ce que je ne fait pas, personnellement. Je lis et regarde beaucoup de film dans mon lit… (mais ça reste entre nous, ok ?). Mauvaise aération de la chambre. Chambre mal chauffée ou trop chauffée. Présence d’animaux domestiques ?
  • Cette insomnie peut survenir lors d’une consommation excessive de caféine, d’alcool ou de drogue.
  • Cette insomnie peut se régler en quelques semaines ou quelques mois selon les habitude à corriger.
  • Comment bien dormir avec son smartphone.
  • L’heure idéale pour dormir.
  • Comment bien dormir et maigrir.
Insomnie chez l’enfant

  • L’insomnie chez l’enfant apparaît sous forme d’une durée d’endormissement supérieur à une demi heure et des réveils fréquent au milieu de la nuit provoquant des somnolences diurnes qui peuvent impacter son développement.
  • La principale cause sont les mauvaises habitudes engendrées par celles des adultes ou par une tolérance néfaste, contenu des nouvelles technologie et de leur utilisation excessive (génération X), chambre inconfortable ou infection des sinus, otite (c’était mon cas), allergie, activité onirique (cauchemar) très importante.
  • L’insomnie chez l’enfant n’est peut-être qu’un léger trouble du sommeil à corriger très rapidement par des réglementation et l’installation d’une routine. Prenez l’avis de du médecin.
Insomnie suite à un traitement médicale:
  • L’insomnie suite à un traitement médicale n’est pas si rare que cela. Elle peut survenir suite à une douleur excessive de la maladie ou aux effets secondaires d’un traitement médicamenteux ou d’un simple cachet pour dormir, comme un somnifere.
  • Cette insomnie survient assez souvent chez les asthmatiques. En traitant c’est maladie ou en diminuant ces traitements médicales sur le long terme, l’insomnie peut disparaître ou devenir moins linéaire. Consultez votre médecin.
  • Cette maladie du sommeil peut-être lié l’anxiété d’une maladie récemment diagnostiqué.
Insomnie paradoxale:

  • L’insomnie paradoxale est contracté chez les dormeurs pessimistes et d’anxieux. L’insomnie paradoxale survient lorsque le dormeur se plaint justement d’insomnie, tandis qu’il évalue son besoin de sommeil bien au delà de la qualité et de la quantité de ses nuits qu’il croient passer. C’est un cas d’insomnie chronique.
  • Ces insomniaques ont une personnalité anxieuse, angoissée et stressée au quotidien.
  • Cette insomnie se rapproche un peu de l’insomnie psychologique, bien qu’elle soit moins néfaste sur la santé.
  • L’activité mentale, incapable d’être ralentit, reste très importante pendant la phase d’endormissement (ce qui est un peu mon cas, sans pour autant être insomniaque).

Voilà ! À l’avenir, j’écrirai des articles sur une insomnie précise pour voir les solutions qu’on peut apporter pour chaque insomniaque. 🙂

Vous êtes vous reconnues dans l’une d’entre elles ?

 







2 Replies to “Insomnie que faire ? La maladie du sommeil”

  1. StanAd

    Je ne sais pas s’il est pertinent de séparer les différents troubles du sommeil en plusieurs pathologies distinctes dans la mesure où elles s’entrecroisent souvent et que les catégories de population touchées sont en réalité similaires.
    Il est vrai que l’insomnie psychologique et l’insomnie paradoxale ont de réelles similitude mais je pense qu’il n’y a qu’une différence d’échelon du symptôme.
    Je pense que dans la majorité des cas, y compris sur les causes déclarées des différents types d’insomnies, il s’agit en réalité du seul facteur déterminant du mode de vie à savoir :
    – Le contexte du sommeil (matériel et entretien)
    – Alimentation
    – Activité sportive

    Avec ce triptyque, pouf les troubles du sommeil, disparaissent quelque soit leur type.
    Je considère aussi la prise médicamenteuse comme réellement vaine, et ne peut être considéré comme un déplacement du problème, ce qui n’est malheureusement pas considéré comme tel chez les prescripteurs.

    1. Alexandre Viger Post author

      Vous avez raison. Il est vrai qu’avoir une bonne hygiène de vie et de sommeil (une bonne alimentation entre autre) ainsi qu’une activité sportive, aide énormément au bon déroulement du sommeil. C’est un cercle vertueux qu’il faut savoir entretenir.
      Pour l’insomnie aiguë par exemple, elle ne peut pas disparaître par ces trois piliers. Il faut laisser le temps, bien que cela restera positif bien sûr. L’insomnie psychologique est un cercle vicieux vraiment sévère, pour l’avoir parcourue sur des forums. Je doute que l’alimentation et le sport peuvent suffire une fois tomber dedans. Je pense qu’il y a d’abord une approche psychologique (d’où le nom), une routine à adopter puis vient votre fameux triptyque. Quant au cas du sommeil paradoxale (dont je ne me considère pas être victime pour autant), mon activité mentale bouillonne une fois couché car, au delà du site, j’écris énormément et des idées s’invitent pas centaines au point qu’il faille par moment me concentrer, me relaxer.

      Ce fut un plaisir de lire et de répondre à votre commentaire très pertinent. 🙂 N’hésitez pas à me recontacter grâce à l’icône en haut (à dérouler sur smartphone) ou à écrire d’autres commentaires. N’hésitez pas à découvrir l’ASMR sur ma chaîne youtube crée ce moi ci : dormirserein ASMR.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *